No hate. No violence
Races? Only one Human race
United We Stand, Divided We Fall
Radio Islam
Know Your enemy!
No time to waste. Act now!
Tomorrow it will be too late

English

Franç.

Deutsch

Arabic

Sven.

Español

Portug.

Italian

Russ.

Bulg.

Croat.

Czech

Dansk

Finn.

Magyar

Neder.

Norsk

Polski

Rom.

Serb.

Slov.

Indon.

Türk.

"Jews, who want to be decent human beings, have to renounce being Jewish"

By: Kevin MacDonald
Professor at California State University Long Beach

February 10, 2009


ENGLISH
(
French version below)

 

A topic that is not discussed enough is the screaming, in-your-face, hostile aggression that people must withstand when they dare to trample on Jewish sensibilities.
We are not talking about the sophisticated rationalization one sees in the op-ed pages of the mainstream media, or even the smear techniques of organizations like the ADL or the SPLC. We are talking about interpersonal aggression. There is something absolutely primal about it.

Now comes a refreshingly frank blog post by Karin Friedemann, an ethnically Jewish anti-Zionist. She notes the violent intolerance that defenders of Israel show towards people with different opinions.  

American Jews are actually being trained since childhood to interact with non-Jews in a deceitful and arrogant manner, in coordination with each other, to emotionally destroy non-Jews and Israel critics in addition to wrecking their careers and interfering with their social relationships. This is actually deliberate, wicked, planned behavior motivated by a narcissistic self-righteous fury. ...

The problem is that non-Jews are taught through emotional pressure and violence via the media and the school system to be very sensitive to Jewish suffering so when a Zionist becomes outraged at them for challenging their world view, the non-Jew really has to fight against his own inner self in a huge battle against his "inner Jew" making him feel inadequate and intimidated. But the Jew doesn't care how much he or she hurts others. Jews only care about what's good for the Jews. ... 

I once reduced a 50 year old man to hysterical sobbing tears because I told him gently and lovingly that Jews were not that unique. I just told him the Jews, like everyone else, have had good times and bad times. Times when they were slaughtered and other times when they slaughtered others. Just like everyone else. Guess what he did next. He emotionally abused me in an insulting way and then cut off all further communication. Jewish behavior is so predictable that it's truly scary.  ...

If you mention cutting off the money or if you mention the possible compromise of living with Palestinians as equals in one state they become very angry and start using bullying tactics, unless they have some reason to fear you, in which case they shun you and complain about you to the authorities, try to get you arrested or try and destroy your career or social status through character assassination.  ... 

Zionists all believe in the myth of "1000 years of Jewish suffering" and feel that the world owes them compensation for their ancestors' "unique" suffering. It's a criminally insane viewpoint. They cope with the contradictions between their belief that they are the good guys and what Jews are actually doing to their neighbors, both in the Middle East and in the US, by developing mental health issues. Most Zionists are functional schizophrenics.


My take:  

- These tactics are not restricted to critics of Zionism. As one who has experienced a barrage of hostile email from my faculty colleagues, I can certainly attest to this. A correspondent sent me the following recently:

I have encountered many liberal, politically correct Jews who react vociferously (almost violently) to the most innocuous comments about any topic related to Israel or Jews. One Jew upon my mentioning that my wife and I had been to Russia spent several minutes virtually frothing at the mouth about Russians.  Another upon hearing me say I was sympathetic to the problems of the Palestinians demanded to know who I was and how dare I say such a thing. Often zero tolerance for any difference in opinion.

- The media constantly present images of Jewish suffering"most recently the endless glut of Holocaust movies. But the media ignore instances, such as the early decades of the USSR and now in Greater Israel, where Jews have inflicted horrible suffering. Right now I am reading E. Michael Jones' The Jewish Revolutionary Spirit and Its Effect on History. It is striking to read his account of Jewish violence against non-Jews in the ancient world, particularly the persecution of Christians whenever Jews had the power to do so.

Long before Christians had any influence on Roman policy, Christians' complaints about Jews were not stereotypes based on historical memory but resulted from direct experience with Jews: "Origen understood that Jewish calumny helped to cause Christian persecution, and that Jewish hatred was a fact of life for the Christians, continuing unabated after the repeated defeats of Messianic politics" (i.e., the defeats of Jewish rebels at the hands of the Romans in 70 and 135 ad) (p. 69). This is the basis of my concern on what will happen to whites when Jews become part of a hostile elite in white-minority America.

- Non-Jews absorb these media images and as a result feel inadequate, emotionally intimidated. Eventually they identify with the aggressor, much like a browbeaten hostage or, as Friedemann suggests, an abused spouse. Or they maintain their friendships but studiously avoid talking about anything related to Israel. Non-Jews do the bidding of their inner Jew because they have internalized images of Jewish suffering. They therefore aid and abet Jewish brutality and aggression.

Non-Jews who persist in criticizing the organized Jewish community are threatened with loss of livelihood and social ostracism. As I noted in a previous article the organized Jewish community does not believe in free speech. It is important to keep in mind that when Jews were dominant in the first decades of the Soviet Union, the government controlled the media, anti-Semitism was outlawed, and there was mass murder of Christians and the destruction of Christian churches and religious institutions.   

As Friedemann notes, the situation is nothing less than a sign of serious mental health issues for the mainstream Jewish community: "Most Zionists are functional schizophrenics."  Faut-il (peut-on) parler avec les juifs, ou non ? (That is The Question !)

I think this is what happens when people who deal with Jewish issues finally realize that there is no hope for dialogue and begin to think of what to do next. Honest people finally realize that when it comes to critical issues like Israel and multicultural America, the divisions among Jews are an illusion. (Friedemann herself has renounced her Jewish identity.) As Friedemann's husband, Joachim Martillo, notes, "Jews, who want to be decent human beings, have no choice but to renounce being Jewish and serve the anti-Zionist struggle (right now)." 

Exhibit A for this right now is the murderous Israeli invasion of Gaza. We know (see, for example, John Mearsheimer' s article in The American Conservative) that this invasion occurred after a prolonged period when Israel restricted supplies into Gaza and then attacked tunnels between Gaza and Egypt. We know that the invasion was designed to "to inflict massive pain on the Palestinians so that they come to accept the fact that they are a defeated people and that Israel will be largely responsible for controlling their future."  

The tone of Mearsheimer's article suggests a dramatic shift in attitude where the usual inhibitions on public discourse are finally beginning to fall, even for a respected academic:  

There is ... little chance that people around the world who follow the Israeli-Palestinian conflict will soon forget the appalling punishment that Israel is meting out in Gaza.  ... [D]iscourse about this longstanding conflict has undergone a sea change in the West in recent years, and many of us who were once wholly sympathetic to Israel now see that the Israelis are the victimizers and the Palestinians are the victims.

The gloves are coming off. This is what happens when smart and honest people who work hard to get the scholarship right are nevertheless smeared as anti-Semites guilty of the vilest misdeeds. Not surprisingly, Abe Foxman - a premier defender of the racial Zionist status quo in Israel - devoted an entire book to smearing Mearsheimer and Walt. Quite simply, there is no point to talking to such people or taking seriously what they say about us.  

We know that the government of Israel is firmly in the hands of the racial Zionists " followers of Vladimir Jabotinsky and his view of the racial distinctiveness and superiority of the Jewish people. Indeed, the only question in the Israeli election is which brand of racial Zionism will form the next government.

One knows that racial Zionism has completely won the day in Israel when Kadima - the party of Ariel Sharon, Ehud Olmert, Tzipi Livni and the Gaza invasion - is now described by Benjamin Netanyahu as the party of the left. (The LA Times dutifully calls it "centrist" but, as Israeli peace activist Uri Avnery writes, Livni "cries to high heaven against any dialogue with Hamas. She objects to a mutually agreed cease-fire. She tries to compete with Netanyahu and [Avignor] Liberman with unbridled nationalist messages.") Indeed, Netanyahu's only worry is that the openly racist Liberman " a disciple of the notorious Meir Kehane - will take away too many votes from Likud.

The situation is analogous to a US election where Pat Buchanan is the candidate of the far left. (I can dream.)

Avnery analogizes the election to a joke where a sergeant tells his men: "I have some good news and some bad news. The good news is that you are going to change your dirty socks. The bad news is that you are going to exchange them among yourselves."  

Once again we see at work the general principle that within the Jewish community, the most extreme elements carry the day and pull the rest of the Jewish community with them. As I noted in "Zionism and the Internal Dynamics of Judaism," "over time, the more militant, expansionist Zionists (the Jabotinskyists, the Likud Party, fundamentalists, and West Bank settlers) have won the day and have continued to push for territorial expansion within Israel. This has led to conflicts with Palestinians and a widespread belief among Jews that Israel itself is threatened. The result has been a heightened group consciousness among Jews and ultimately support for Zionist extremism among the entire organized American Jewish community."

The fanatics keep pushing the envelop, forcing other Jews to either go along with their agenda or cease being part of the Jewish community. Ominously, if elected, Netanyahu promises that a top priority will be "harnessing the U.S. administration to stop the threat" of Iran's nuclear program.

Incidentally, E. Michael Jones (The Jewish Revolutionary Spirit and Its Effect on History, p. 42ff) has expanded this argument to the ancient world. He shows how the Jewish community was pulled in the direction of fanaticism by the Zealots  who expelled the followers of Jesus from the synagogue and adopted a disastrous path of revolution against Rome, leading ultimately to the defeats of 70 and 135 a.d.

A good example of the schizophrenia described by Friedemann comes from the fact that around 80% of American Jews voted for Obama but around the same percentage blames Hamas for the escalation of violence and believes that the Israeli response was "appropriate". These results of the poll on the Gaza invasion were proudly announced by Abraham Foxman of the ADL, an organization that is one of the principal forces in promoting a post-European America. The Jewish left is a pillar of multi-cultural America but strongly supports racial Zionism in Israel.  

This same schizophrenia was on display at a recent presentation at the Hammer Museum in Los Angeles by Chris Hedges and Mark Potok - he of the Southern Poverty Law Center. The program dealt with the usual bogey-men of the organized Jewish community: Christian fundamentalists, skinheads, David Duke, and (I am gratified to report) The Occidental Quarterly.

In a comment on the alliance between Christian conservatives and Zionists, an audience member mentioned (to stifled applause) that "There are Jewish fascists." But the moderator, Ian Masters, saved the day when he stated that "the vast majority of American Jews are secular and liberal" - a comment that brought much applause, presumably because it reassured the many Jews in the audience that they weren't like THOSE Jews. For his part, Potok, that stalwart warrior against white America, expressed his support for what he sees as a beleaguered Israel on the verge of apocalypse at the hands of the Arabs.  Schizophrenia indeed.

The politicians who are running Israel are, if anything, more racialist and nationalist than anything even remotely on the horizon in American or European politics. As Avnery notes:

In every other country, Liberman's program would be called fascist, without quotation marks. Nowhere in the Western world is there a large party that would dare to advance such a demand [to annul the citizenship of Arabs]. The neo-fascists in Switzerland and Holland want to expel foreigners, not to annul the citizenship of the native-born. ...
 
When Joerg Haider was taken into the Austrian cabinet, Israel recalled its ambassador from Vienna in protest. But compared to Liberman, Haider was a raving liberal, and so is Jean-Marie le Pen.  Now Netanyahu has announced that Liberman will be an important minister in his government, Livni has hinted that he will be in her government, too, and Barak has not excluded that possibility.

The optimistic version says that Liberman will prove to be a passing curiosity.  ... There is also a pessimistic version: Fascism has become a serious player in the Israeli public domain. The three main parties have now legitimized it. This phenomenon must be stopped before it is too late.

So I have a suggestion for the Foxmans, the Potoks, the neoconservatives, and the secular Jewish liberals of the world: If you want to fight racism and ethnic nationalism, start in your own backyard. And my suggestion for the rest of us is to get rid of what Friedemann calls the "inner Jew". I know it's hard to do. But once you tune out the screaming hostility (and assuming you don't fear losing your job), it's easy. Just don't expect a pleasant or rational conversation.

 

Kevin MacDonald
10 February 2009

Kevin MacDonald is a professor of psychology at California State University"Long Beach.

 



FRENCH

Faut-il parler avec les juifs?
Par:
Le Professeur Kevin MacDonald

Le Professeur MacDonald livre ici ses réflexions sur la nécessité de ne plus prendre de gants, lorsqu’on critique l’extrémisme juif.


12 commentaires sur l'articles

S’il est un sujet insuffisamment débattu, c’est bien cette forme d’agression hostile, ces hurlements en pleine poire que les gens doivent affronter lorsqu’ils osent empiéter sur les susceptibilités juives. Je ne parle pas ici de ces ratiocinations sophistiquées que l’on peut lire sur les pages éditoriales des médias consensuels, ni même des techniques de diffamation utilisées par des organisations telles que l’Anti-Diffamation League [ADL] ou le SPLC [Southern Poverty Law Center, une officine basée dans l’Etat d’Alabama]. Non, je parle très concrètement d’agressions interpersonnelles. Il y a là quelque chose d’absolument primal.
 
Voici [sur mon blog] un message rafraîchissant de Karin Friedemann, une antisioniste ethniquement juive. Elle relève « l’intolérance violente » dont les partisans d’Israël font montre à l’égard des gens qui ne pensent pas comme eux :
 

« De fait, les juifs américains sont formés depuis leur plus tendre enfance à interagir avec les non-juifs d’une manière trompeuse et arrogante, en coordination les uns avec les autres, afin de détruire émotionnellement les Gentils et les détracteurs d’Israël, non contents d’en briser les carrières et d’interférer dans leurs relations sociales. C’est là un comportement délibéré, malfaisant et planifié, motivé par une furie d’autojustification narcissiste. »
 
Le problème, c’est que les Gentils sont éduqués, à travers la pression émotionnelle et la violence diffusées par les médias et le système scolaire, à être extrêmement sensibles à la souffrance juive, si bien que lorsqu’un sioniste affiche être outragé par le fait qu’un Gentil a remis en question sa vision du monde, le Gentil doit véritablement lutter contre son for intérieur, dans une énorme bataille contre son « juif intériorisé », qui le fait se ressentir hors du coup et intimidé. Mais le juif ne se préoccupe absolument pas d’à quel point il peut faire mal à autrui : les juifs se préoccupent exclusivement de « ce qui est bon, pour les juifs »…
 
Il m’est arrivé de réduire un homme de cinquante ans à un tas de larmes et de sanglots hystériques parce que je lui avais dit gentiment (et même avec amour) que les juifs n’étaient pas aussi uniques que ça, après tout… Je lui avais seulement dit que les juifs, comme n’importe qui d’autre, ont connu des bons et des mauvais moments. Des moments où ils s’étaient fait massacrer, et d’autres moments, où ils avaient massacré des non-juifs. Comme tout un chacun. Devinez ce qu’a fait ce type ? Il m’a abusé émotionnellement d’une manière parfaitement insultante, après quoi, il a coupé toute forme de communication entre nous. Le comportement juif est tellement prévisible que ça en est vraiment inquiétant…
 
Si vous mentionnez l’idée de tourner le robinet à fric, ou si vous mentionnez la possibilité d’un compromis, les juifs et les Palestiniens vivant en égaux dans un unique Etat, ils sont extrêmement fâchés, et ils se mettent à recourir à des tactiques violentes, à moins qu’ils n’aient quelque raison d’avoir peur de vous, auquel cas ils vous boycottent et vous dénoncent aux autorités, essayant de vous faire mettre en état d’arrestation, ou de détruire votre carrière ou votre statut social au moyen de l’assassinat de votre personnalité…
 
Les sionistes – tous les sionistes – croient au mythe des « mille ans de souffrance juive », et ils sont persuadés que le monde leur doit compensation pour la souffrance « unique » de leurs ancêtres. C’est là un point de vue criminel, parfaitement insensé. Ils s’accommodent des contradictions entre leur persuasion qu’ils sont les gentils gars et ce que les juifs sont en train de faire, en réalité, à leurs voisins, tant au Moyen-Orient qu’aux Etats-Unis, en développant des pathologies mentales. La plupart des sionistes sont des schizophrènes fonctionnels.
 

Voici pourquoi :
 
- Ces tactiques ne sont pas réservées aux détracteurs du sionisme. Etant quelqu’un qui a vécu un tir de barrage d’e-mails hostiles provenant des collègues de ma faculté, je peux en attester. Un correspondant m’a ainsi envoyé ceci, récemment :

 
J’ai rencontré beaucoup de juifs progressistes et politiquement corrects qui réagissent par des vociférations (presque avec violence) aux commentaires les plus anodins concernant n’importe quel sujet, dès lors qu’il a un rapport avec Israël ou les juifs. Un juif, après que j’eus mentionné que nous étions allés en Russie, ma femme et moi, a passé plusieurs minutes à, virtuellement, écumer de rage contre les Russes. Un autre, m’ayant entendu dire que j’éprouvais de la sympathie pour les Palestiniens confrontés aux problèmes qui sont les leurs, a demandé à savoir qui j’étais et comment j’osais proférer une telle chose.
 
Le plus souvent : tolérance zéro, quel que soit le sujet de la divergence d’opinion
 

- Les médias présentent, en permanence, des images de souffrance juive – le dernier exemple en date étant la série interminable des films consacrés à l’Holocauste. Mais les médias ignorent les instances où, à l’instar des premières décennies de l’URSS et de nos jours, dans le Grand Israël, où des juifs ont infligé des souffrances horribles. Ces jours-ci, je lis un ouvrage d’E. Michael Jones : The Jewish Revolutionary Spirit and Its Effect on History [L’esprit révolutionnaire juif et son effet sur l’Histoire]. Particulièrement frappant est son récit de la violence juive contre les non-juifs, dans l’ancien monde, en particulier la persécution des chrétiens, dès lors que les juifs en avaient la possibilité. Bien avant que les chrétiens aient eu la moindre influence sur la politique de l’Empire romain, les plaintes des chrétiens au sujet des exactions des juifs n’avaient rien de stéréotypes fondés sur une  mémoire historique ; elles résultaient de leur expérience directe avec les juifs : « Origène comprit que la calomnie juive contribuait à provoquer les persécutions antichrétiennes, et que la haine juive était une donnée de la vie, pour les chrétiens, qui se perpétua, sans fléchir, après les défaites répétées des messianistes politiques (c’est-à-dire les défaites de rebelles juifs vaincus par les Romains, en 70 et en 135 après JC)(page 69). C’est précisément, là, la base de ma préoccupation quant à ce qu’il ne manquera pas d’arriver aux Blancs, dès lors que les juifs deviennent partie constituante d’une élite hostile, dans une Amérique minoritairement blanche.
 
- Les non-juifs absorbent ces images médiatiques et, en conséquence, ils se sentent hors-jeu, émotionnellement intimidés. En fin de compte, ils s’identifient à l’agresseur, tout à fait comme un otage maltraité, ou comme le suggère Friedemann, comme une épouse maltraitée. Ou alors ils maintiennent leurs amitiés, mais en évitant soigneusement de parler de quoi que ce soit qui ait un quelconque rapport avec Israël. Les non-juifs laissent parler le « juif qui est en eux » parce qu’ils sont internalisé les images de la souffrance juive. Par conséquent, ils aident et ils approuvent la brutalité et l’agression juives.
 
- Les non-juifs qui persistent à critiquer la communauté juive organisée se voient menacer de perdre leur gagne-pain, et d’ostracisme social. Comme je l’ai noté dans un précédent article, la communauté juive organisée ne croit pas en la liberté d’expression. Il est important de garder à l’esprit l’idée que lorsque les juifs étaient dominants, durant les premières décennies de l’Union soviétique, le gouvernement contrôlait tous les médias, l’antisémitisme était hors-la-loi et il y avait des assassinats en masse de chrétiens, tandis que les églises et les institutions religieuses chrétiennes étaient systématiquement détruites.
 
Comme le note Mme Friedmann, la situation est rien moins qu’un signe de sérieux trouble mental dans la communauté juive consensuelle : « La plupart des sionistes sont des schizophrènes fonctionnels ». Je pense que c’est ce qu’il arrive lorsque ceux qui abordent les questions juives finissent par prendre conscience du fait que dès lors qu’il s’agit de questions critiques, telle celle d’Israël et l’Amérique multiculturelle, les divisions entre juifs ne sont que pure illusion (Mme Friedemann a personnellement renoncé à son identité juive).
 
Et, comme le relève le mari de Mme Friedmann, Joachim Martillo : « Les juifs qui veulent être des êtres humains décents n’ont d’autre choix que celui de renoncer à être juifs et de rejoindre le combat antisioniste (aujourd’hui, là : maintenant !) »
 
La pièce à conviction numéro un, pour cela, dès maintenant, c’est l’invasion israélienne criminelle de Gaza. Nous savons (voir, par exemple, l’article de John Mersheimer publié dans The American Conservative) que cette invasion a été déclenchée après une période prolongée, Israël ayant apporté des restrictions au transfert des marchandises entrant à Gaza, après quoi il a attaqué les tunnels entre la bande de Gaza et l’Egypte. Nous savons que l’invasion a été conçue de manière « à infliger une douleur massive aux Palestiniens, afin qu’ils en viennent à reconnaître le fait qu’ils sont un peuple vaincu et qu’Israël sera dans une large mesure responsable du contrôle de leur vie, à l’avenir. »
 
Le ton de l’article de Mearsheimer suggère un tournant radical dans les attitudes, les inhibitions habituelles du discours public commence – enfin ! – à tomber, même chez un chercheur éminent et respecté. Il y a… peu de chances que les gens qui, dans le monde entier, suivent le conflit israélo-palestinien oublieront de sitôt le châtiment horrible qu’Israël est en train d’infliger à Gaza… Le discours sur ce conflit de longue date a connu un changement copernicien, en Occident, ces dernières années, et beaucoup parmi nous, qui étions naguère en totale sympathie avec Israël, comprennent aujourd’hui que les Israéliens sont les bourreaux et que les Palestiniens sont les victimes.
 
Les gants sont en train de tomber. C’est ce qu’il se passe, lorsque des gens intelligents et honnêtes, qui travaillent dur pour obtenir des bourses universitaires, se voient néanmoins traînés dans la boue, traités d’antisémites et accusés des pires méfaits. Il n’est nullement étonnant qu’Abe Foxman – un des premiers défenseurs du statu quo sioniste en Israël – ait consacré tout un livre à diffamer Mearsheimer et Walt. Tout simplement, il est, à ses yeux, inutile de parler à des gens comme ceux-là, ou de prendre au sérieux ce qu’ils disent, à notre sujet…
  
Comme nous le savons, le gouvernement d’Israël est maintenu fermement par les sionistes raciaux, les émules de Vladimir Jabotinsky et de sa vision d’exclusivisme et de supériorité du peuple juif. De fait, dans les élections israéliennes, la seule question posée est celle du genre de sionisme raciste qui formera le prochain gouvernement. On sait que le sionisme racial s’est totalement imposé lorsque le Kadima (le parti d’Ariel Sharon, Ehud Olmert et Tzipi Livni, un parti partisan de l’invasion de Gaza) est aujourd’hui décrit, par Benjamin Netanyahu, comme le parti de la gauche (!) (Le Los Angeles Times, quant à lui, le qualifie de « centriste », mais, comme l’écrit le pacifiste israélien Uri Avnery, « Livni pousse les hauts-cris dès lors qu’est évoquée une quelconque forme de dialogue avec le Hamas).
Elle s’oppose à tout cessez-le-feu mutuellement négocié. Elle s’efforce d’entrer en compétition avec Netanyahu et Avigdor Lieberman, dont on connaît les messages nationalistes totalement débridés. De fait, la seule préoccupation de Netanyhu tient au fait que Lieberman, qui est ouvertement raciste – c’est un disciple du tristement célèbre Meir Kahane – va sans doute capter de trop nombreuses voix du Likoud.
 
La situation, en Israël, est analogue à une élection américaine dans laquelle Pat Buchanan serait le candidat de l’extrême gauche (on peut toujours rêver).
 
Avnery établit une analogie entre ces élections et une blague, selon laquelle un sergent dit à ses hommes : « J’ai une bonne, et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle, c’est que vous allez pouvoir changer vos chaussettes sales... La mauvaise, c’est que, pour ce faire, vous allez vous les échanger entre vous ! »
 
Une fois encore, nous voyons en œuvre le principe général selon lequel, dans la communauté juive, les éléments les plus extrémistes emportent la mise et tirent le reste de la communauté juive derrière eux. Comme je l’ai relevé dans mon livre Zionism and the Internal Dynamics of Judaism, « avec le temps, les sionistes les plus extrémistes et les plus expansionnistes (les jabotinskistes, les likoudniks, les fondamentalistes religieux et les colons de Cisjordanie) ont fini par l’emporter, et ils ont continué à pousser dans le sens de l’expansion territoriale à l’intérieur de [ce qu’ils considèrent être] Israël. Cela a entraîné des conflits avec les Palestiniens et la certitude, très largement répandue chez les juifs, qu’Israël est en lui-même menacé. Le résultat, c’est une conscience de groupe exacerbée parmi les juifs, et, en fin de compte, un soutien à l’extrémisme sioniste, à l’intérieur de l’ensemble  de la communauté juive organisée des Etats-Unis ».
 
Les fanatiques continuent à repousser les limites, contraignant d’autres juifs, soit à adopter leur agenda politique, soit à cesser de faire partie de la communauté juive. De manière sinistre, Netanyahu promet, s’il est élu, qu’une de ses toutes premières priorités consistera à « harceler l’administration américaine afin de la contraindre à faire cesser la menace » que représente, pour Israël, le programme nucléaire iranien.
 
Mentionnons incidemment qu’E. Michael Jones (dans The Jewish Revolutionary Spirit and Its Effects on History, p. 42 et suivantes) a extrapolé cette problématique au monde antique. Il montre la manière dont la communauté juive était poussée au fanatisme par les Zélotes, qui expulsèrent les disciples de Jésus de la synagogue, et adoptèrent une voie révolutionnaire catastrophique contre Rome, qui aboutit, en fin de compte, à leurs défaites de l’an 70 et de 135 après J.C.
 
Un bon exemple de la schizophrénie décrite par Friedmann est donné par le fait qu’environ 80 % des juifs américains ont voté Obama, mais qu’environ le même pourcentage rend le Hamas responsable de l’escalade de la violence et considère « appropriée » la réaction israélienne. Les résultats de ce sondage sur l’invasion de Gaza ont été fièrement annoncés par Abraham Foxman, de l’Anti-Defamation League, une organisation qui une des principales forces faisant la promotion d’une Amérique post-européenne. Ainsi, la gauche juive est un des piliers de l’Amérique multiculturelle, mais elle soutient mordicus le sionisme raciste, en Israël…
 
C’est cette même schizophrénie qui était à l’œuvre lors d’une récente prestation, au Hammer Museum de Los Angeles, de Chris Hedges et de Mark Potok, du Southern Poverty Law Center. Au programme, il y avait les habituels hommes de paille de la communauté juive organisée : des fondamentalistes chrétiens, des skinheads, David Duke, et (je suis fier de le préciser) (la revue) The Occidental Quarterly. Dans un commentaire à propos de l’alliance entre les conservateurs chrétiens et les sionistes, une personne, dans l’assistance, a mentionné (suscitant des applaudissements vite étouffés) qu’il y a eu des fascistes juifs ».. Mais le modérateur, Ian Masters, a sauvé la situation en affirmant que « la grande majorité des juifs américains sont laïcs et progressistes » - un commentaire qui a suscité beaucoup d’applaudissements, sans doute car il a réussi les nombreux juifs, dans l’auditoire, sur le fait qu’ils n’étaient  pas comme CES juifs-là. De son côté, Potok, ce guerrier acharné contre l’Amérique blanche, a exprimé son soutien à ce qu’il considère être un Israël assiégé, à la veille de connaître l’apocalypse du fait des Arabes.
 
Il s’agit donc bien de schizophrénie.
 
Les hommes (et les femmes…) politiques qui gouvernent Israël sont, quoi qu’il en soit, plus racistes et nationalistes que qui que ce soit, y compris de très loin, sur l’horizon de la vie politique américaine ou européenne. Comme le note Avnery :

« Dans n’importe quel autre pays, le programme de Lieberman serait qualifié de fasciste, sans guillemets. Nulle part, dans le monde occidental, on ne trouve un seul parti politique important qui oserait proférer une telle exigence [à savoir, destituer les Arabes israéliens de la nationalité israélienne]. Les néofascistes, en Suisse et en Hollande, veulent expulser les étrangers. Mais ils n’envisagent certainement pas d’annuler la citoyenneté (suisse, ou néerlandaise) des gens nés dans le pays…
 
Quand Joerg Haider avait été nommé ministre, en Autriche, Israël avait rappelé son ambassadeur à Vienne, afin de protester. Mais, comparé à Lieberman, Haider était un progressiste invétéré, comme c’est, aussi, le cas de Jean-Marie Le Pen. Netanyahu vient d’annoncer que Lieberman sera « un ministre important » dans son gouvernement, Livni a laissé entendre qu’il ferait partie de son gouvernement, aussi, et Barak n’a pas exclu cette possibilité.
 
La version optimiste de cette histoire dit que Lieberman passera, qu’il n’était rien de plus qu’une simple curiosité de passage… Il y a aussi une version pessimiste : le fascisme est désormais un acteur sérieux dans la vie publique israélienne. Les trois principaux partis politiques l’ont désormais légitimé. Ce phénomène doit être stoppé, avant qu’il ne soit trop tard.
 

Aussi ai-je une suggestion à faire aux Foxmans, aux Potoks, aux néoconservateurs et aux juifs laïcs progressistes du monde entier : si vous voulez combattre le racisme et le nationalisme ethnique, commencez par balayer devant votre propre porte ! Quant à tous les autres, je leur suggère de se débarrasser de ce que Friedemann appelle leur « juif intérieur ». Je sais : c’est difficile. Mais une fois que vous aurez laissé sortir ce cri d’hostilité (en supposant que vous n’ayez pas peur de perdre votre boulot…), c’est facile.
 
Simplement : ne vous attendez pas à une conversation agréable, ou rationnelle…

 

Kevin MacDonald
10 février 2009

 


Kevin MacDonald est professeur de psychologie à l’Université Long Beach, de l’Etat de Californie.
Traduit de l’anglais:
Par: Marcel Charbonnier,
le 17 Février 2009

 

 Commentaires

1. Posté par geronimo888 le 17/02/2009
 
Tout est dit, et la messe est faite selon le vieil adage! Un immense merci pour le courage dont fait preuve cette universitaire. La souffrance est universelle et e c'est abjecte d'instrumentaliser la douleur. Les juifs sont malades , l'angoisse métaphysique les obsède à un degré que l'on ne peut imaginer. Mais désormais la parole est libérée et je crie vive la VERITE!


2. Posté par J.Michel le 18/02/2009 09:21
 
Combattre puis neutraliser son « juif intérieur » sont les prémices pour atteindre le seuil de la chrétienté vécue.
Le gardien du seuil est aussi le « juif intérieur ».
Et si Dieu avait créer le juif irrationnel et tribal pour que l'homme se rapproche de la vérité, qu'il la vive de manière volontaire et sacrificielle?
Golem ou vérité - telle est la question.
J.Michel


3. Posté par Arthur Gohin le 18/02/2009 12:48
 
Les juifs américains sont particulièrement sionistes. Je pense malheureusement que s'il ont voté à 80% pour Obama, c'est que cet homme est acquis aux intérêts d'Israël d'une façon beaucoup plus intelligente que Mac Cain.
Sinon, Jésus est venu pour les malades et non pour les bien portants, et c'est pourquoi il a commencé par les juifs, le peuple le plus raciste et le plus pharisien de la terre à l'époque: le seul à se croire élu de Dieu pour en massacrer d'autres et en prendre la place.
Il y a aujourd'hui de sérieux restes de cette maladie mentale.
 


4. Posté par Muku le 18/02/2009 21:44
 
@modérateur

Merci de m'expliquer pourquoi ma contribution a été supprimée.

J'y expliquais la nature essentiellement sectaire et raciste de la doctrine juive. La Torah, qui a commencé à être écrites des siècle après la disparition des Israélites en tant que peuple ; promet néanmoins aux Israélites (ou plutôt à ceux qui prétendent en être les uniques descendants) la Terre de Canaan et la domination sur les autre peuples en échange d'une observance absolue de la Loi. C'est une compilation de distorsions historiques grotesques et d'injonctions au génocide, censées affirmer le caractère divin du "peuple élu". Le Talmud quant à lui, est essentiellement une série de recommandations antichrétiennes.

Au risque de me répéter, si on considère le judaïsme en tant qu'idéologie, en quoi serait-il plus scandaleux d'être anti-juif que d'être anti-communiste ou anti-capitaliste ? Le mot "antisémitisme" n'est qu'un leurre pour nous persuader que tout ce qui est estampillé "antisémite" est mal. Le mot "antisémite" est même extrêmement ironique, puisque ce sont majoritairement des Ashkénazes de souche non-sémitique qui massacrent les Palestiniens sémites au nom du judaïsme (85% des "juifs" sont ashkénazes) . Et si l'étymologie du mot est absurde, son sens est pour le moins disparate : en réalité, toute vérité qui dérange au sujet d'une personnalité juive, d'Israël, de la 2e guerre mondiale... sera qualifiée de "propos antisémite". Encore une ironie, toute personne proférant ces vérités indésirables, se verra abondamment diffamer par l'Anti Defamation League ou par ses succursales locales (la LICRA en France).

En espérant qu'ainsi tournée, mon argumentation ne froissera pas votre "juif intérieur", j'espère que ce message ne sera pas supprimé sans explications.


5. Posté par Muku le 18/02/2009 22:44
 
On peut toujours affirmer que le problème est le sionisme et non le judaïsme, c'est plus "politiquement correct". Mais alors comment expliquer que la "question juive" ait été évoquée des siècles avant l'émergence du sionisme ? Comment expliquer que les autres religions n'aient pas produit ce genre de dérives racistes ? Comment expliquer que la majorité des "Juifs" soient pro-israéliens ? Et encore parmi ceux qui sont anti-israéliens, beaucoup le sont non par bienveillance, mais parce qu'ils croient qu'il faut attendre les temps messianiques pour envahir la Palestine, à la différence des sionistes qui sont majoritairement non-religieux.

J'ai bien peur que le souci d'apparaître politiquement correct, et la croyance en la possibilité d'un dialogue sensé avec les adeptes d'une doctrine de tribalisme fanatique soient des freins considérables à la compréhension de la "question juive".

PS : je recommande vivement la lecture du livre La Controverse de Sion, écrit dans les années 50, ce livre est indispensable à la compréhension du projet Israël.


6. Posté par Muku le 18/02/2009 23:15
 
Par ailleurs et je terminerai là-dessus, vous remarquerez que les intéressés eux-mêmes ne font pas cette distinction subtile entre antisionisme et antisémitisme. Que vous vous proclamiez anti-judaïste, antisioniste, anti-israélien ou pro-palestinien ; on vous accusera de la même manière d'être antisémite.


 
7. Posté par Saladin le 19/02/2009 19:19
 
Très bien parle Esther la reine
je partage ton avis et j'ajouterai ceci
Israël est un régime d'apartheid raciste criminel et raciste regarder le sort qui  y est fait au musulman d´Israël ( citoyen de deuxième classe) regarder les résultats des élection le deuxième et troisième ne reconnaissent pas le droit au palestinien d'avoir un état et Lieberman qui est arrivé troisième revendique publiquement son souhait de déporter la population musulman d Israël mais ou son les journaliste professionnel imaginons kan France un homme Politique qui arrive troisième au élection législative a pour projet de déporter les musulman ?
Je suis très triste de voir la direction du vote israélien bref je crois en l'espoir incarne l´Iran qui j'espère rétablira un peu de justice au moyen orient


8. Posté par Aigle le 19/02/2009 20:09
 
Muku tu a bien remarqué que " les intéressés eux même ne font pas cette subtile distinction...." et pour cause !  Dans les faits, ils massacrent et exterminent les autres peuples en montant des opérations militaires meurtrières contre des êtres humains de confession non- juive. Pour ce qui est de la Torah juive actuel, c'est un ramassis de criminels et de bandits qui l'a rédigée pour légitimes les invasions et les exterminations des autres peuples non-juifs qui refusent de se soumettre à la domination juive !



9.
Posté par Muku le 20/02/2009 12:14

Mes sources, je les ai vérifiées, et j'avais même cité quelques passages du Talmud afin d'illustrer mon propos. Des passages de la Torah auraient aussi bien fait l'affaire. Je rappelle que ces deux ouvrages sont le seul héritage commun à tous ceux qui se disent juifs et sont donc les seuls qui soient à même de fournir une définition acceptable du mot "juif".

Ceux qui croient appartenir à un peuple-race "élu", qui, après 2500 ans de vie au sein d'autres populations ne s'est jamais dissous dans le reste de l'humanité comme l'ont fait tous les peuples, obéissent forcément à une doctrine d'auto-ségrégation.

A l'époque de Jésus les juifs pharisiens (pharisien signifie "séparé", car ils se séparaient des non-juifs impurs). Croire que "Juif = bien et Sioniste = pas beau et pis c'est une tromperie juive! Le nombre de Juifs qui vivent en Israël, ou qui soutiennent Israël parle de lui-même.
 


10. Posté par Muku le 20/02/2009 12:44
 
Les juifs  'sionistes' sont les adeptes du courant dominant du judaïsme, qui de tous temps je le rappelle, a été une doctrine de raciste fanatique. Dans la Torah, tous les peuples sont décrits comme des ennemis, y compris les peuples Israélites. Comptez seulement le nombre de génocides décrits ou prônés par la Torah : massacre de tous les 'premiers-nés' d'Egypte, massacre de tous les Amalécites par Saül, destruction totale des 7 nations plus puissantes que les Judaïtes, l'extermination des Médiantes par Moïse...(liste non exhaustive) Il est fort probable qu'aucun de ces massacres n'ait réellement eu lieu, mais l'idéologie est là : sus à ceux qui se trouvent sur la route du peuple de Dieu. Les autres peuples ne sont que les instruments de Dieu censés punir (en gardant les 'Juifs' captifs) ou récompenser (en se laissant dominer ou massacrer) le peuple de Dieu selon que celui-ci aura observé la Loi ou non. Et je ne parle même pas du Talmud qui n'est qu'une accumulation d'insultes envers les Chrétiens et les païens.
 
 


11. Posté par Muku le 20/02/2009 14:28

J'apporte tout simplement un éclairage sur la doctrine du "peuple-raciste élu" choisi par "Dieu" et "placé [par "Dieu"] au-dessus des nations et au-dessus des royaumes, pour les chasser, les terrasser, et les détruire" (Jérémie). C'est cette idéologie (qu'on refusez de dénoncer) qui est à l'origine du sionisme que vous condamnez en permanence.

Je crois simplement que les gens sont encore intimidés par l'accusation juive d' "antisémitisme".



16.
Posté par ichaouiyen le 20/02/2009 23:56
 
Dialoguer avec qui s.v.p ? avec les racistes juifs qui croient qu'ils sont le "peuple élu de dieu", et qu'ils on le droit de faire tout ce qu'ils veulent est qu'ils n'ont pas de compte à rendre a personne? Il se croient au dessus de tout les lois! Le processus de paix avec les palestinien a était décapité par Israël. Les juifs font tout pour déclencher des guerres dans la région avec leur voisins arabes.  J'ai entendu Netanyahou qui dit que son objectif prioritaire c'est la guerre contre l'Iran! S'il passe à l'action ça sera la fin d'Israël!



12. Posté par Joszik le 21/02/2009 08:45

 Le "Juif intérieur" c'est la meilleur celle-là...





"When a Jew, in America or in South Africa, talks to his Jewish companions about 'our' government, he means the government of Israel."

- David Ben-Gurion, Israeli Prime Minister


Palestine banner
Viva Palestina!

Latest Additions - in English

What is this Jewish carnage really about? - The background to atrocities

Videos on Farrakhan, the Nation of Islam and Blacks and Jews 

How Jewish Films and Television Promotes bias Against Muslims

Judaism is Nobody's Friend
Judaism is the Jews' strategy to dominate non-Jews.

Islam and Revolution
By Ahmed Rami

Jewish Manipulation of World Leaders - Photos

Elie Wiesel - A Prominent False Witness
By Robert Faurisson

The Gaza atrocity 2008-2009


Iraq under Jewish occupation
Iraq - war and occupation


Jewish War against Lebanon!

Jew Goldstone appointed by UN to investigate War Crimes in Gaza

Hasbara - The Jewish manual for media deceptions

Britain under Jewish occupation!


Jewish World Power
West Europe    East Europe
Americas          Asia
Middle East       Africa
      U.N.              E.U.

 

The Internet and Israeli-Jewish infiltration/manipulations

Books - Important collection of titles

The Power of Jews in France

The Israel Lobby - From the book

Jews and Crime  - The archive!

When Jews rule...
The best book on Jewish Power


Sayanim - Israel's and Mossad's Jewish helpers abroad

Listen to Louis Farrakhan's Speech - A must hear!

The Israeli Nuclear Threat

The "Six Million" Myth

Jewish "Religion" - What is it?

Medias in the hands of racists

Strauss-Kahn - IMF chief and member of Israel lobby group

Down with Zio-Apartheid
StopJewish Apartheid!