SOLUS

Homepage Solus / Précédent / Suivant

 

LOUIS-FERDINAND CELINE

 

 

BAGATELLES POUR UN MASSACRE

 

[26] (p. 271-280)

[271] messianique, prophétique, pacifiste, essentiellement apostolique, idéaliste, suprêmement bienfaisant, "humain "... Ah! toujours plus "humain"... Systole d'ouvrier, diastole de juif... ventricule contre ventricule... Le même coeur, le coeur même du prolétariat... Ah!..

Il a l'air d'un jouisseur frivole, ce petit Rosenthal, d'un profiteur abject. Attention! Tout le contraire! Apparences!... En réalité il ne pense qu'au peuple, aux malheurs du peuple... nul mieux que lui ne comprend, n'est touché par la grande détresse du peuple... S'il est acquis au programme populaire?... à toutes les revendications du peuple ?... Ah! Ah! Ah! Et pacifiste!... Foutre! Foutre! Il les fait lui-même les programmes du peuple pour être plus sûr... Alors ?... Nul n'est mieux renseigné que lui, nul plus que lui n'implore, ne soupire, ne désire l'avènement prochain, très prochain d'un monde bien meilleur pour le peuple, un monde où brillera toute la Justice!... enfin! Un monde sans iniquités, sans guerres, sans privilèges de race de naissance!... une "France très libre et très heureuse!"... en somme, sans Bourse! sans Police! sans Casernes!... Oui! Tel quel... Ce petit youtre pluri-milliardaire ne pense qu'aux malheurs du peuple chaque jour davantage... Au Cercle, au Bois... au Cul... à sa Banque... toujours au Peuple!... L'Humanité le hante littéralement!... son intime mission... Systole contre diastole... Ses pulsations sont celles du peuple... Il "bat" avec le peuple... Il fut créé, mis au monde, pour aller au peuple, comprendre le peuple, comme Mr. Blum-Latige, réaliser, lui aussi comme Mr. Blum-Latige, tout le programme du Front Populaire!... fleurir pour le Front Populaire!... Ah! mais... Ah! mais... Voilà. Il aurait voté lui aussi, soyez tranquilles, Rosenthal, tout à fait comme Mr. le baron de Rothschild, pour le Front Populaire et l'alliance franco-soviétique. C'est un prolétaire terrible sous des apparences ingrates, ce petit banquier Rosenthal! tout à fait comme MM. Warburg, Loeb, Jacob Schiff, Kérensky, Trotzky, Zaharoff et Blum... exactement. Ah! systole... diastole... Il le comprend d'instinct le peuple, de tout son instinct de Juif... les aspirations de l'ouvrier, les malheurs de l'ouvrier... sont ses propres aspirations... ses propres malheurs!...

Et maintenant le film s'occupe de nous, attention! Aryens de l'intelligence!... Attention! Contraste! Notre élite: Intellectuels, noblesse aryenne, bourgeoisie aryenne se démontre absolument, radicalement, grotesquement, incapable de comprendre un traître mot aux revendications du peuple! Ah! C'est navrant... mais c'est [272] ainsi!... Pervers, monstrueux égocentriques! Quels saligauds! Irrémédiables! Quels monstres... Quels super-brutes!... Infinies!... En marge de toute évolution... Conclusion! Cette "élite" aryenne doit passer la main aux Juifs, et tout de suite, et disparaître!.. C. Q. F. D. Implacable décret de l'Avenir!... Boum! Blum!... Ils retardent, sabotent, ces sinistres, le merveilleux essor social, absolument évident! L'éclosion des Soviets! Ouvriers + Juifs rédempteurs, le Règne juif pour tout dire: Alors ?... A temps nouveaux! Hommes nouveaux!... Le Juif, "homme nouveau"! C'est une trouvaille... (Voyez en Russie 10 millions de blancs exécutés par les hommes nouveaux juifs.)

Ce film se révèle décidément, tout à fait riche en haute propagande, en nombreux examens de conscience, en "récapitulations"... Il nous fait comprendre entre autres très précieuses vérités, que les "Aristocrates" ont toujours pour leur part, désiré, voulu. appelé la guerre de tous leurs voeux!. Tiens! Tiens! Tiens!... Je veux bien... mais ne restons pas en route! Éclairons tout à fait notre lanterne!... Ce passage est obscur... Prévenons très loyalement, très scrupuleusement l'auditoire que ladite aristocratie, française, allemande, anglaise, très copieusement mariée, alliée aux banques juives, n'est en stricte vérité qu'une des tribus de la Juiverie...

Les représentants de ladite aristocratie s'empressent de commenter, de justifier avec quel empressement! quel enthousiasme! l'arrêt de mort qui les condamne... et c'est le clou du film! Ils ont grand peur que nous ne comprenions pas!... Ils renchérissent! "Grand merci! Soyez bénis, s'écrient-ils, Messieurs les Jurés Juifs! Vous avez joliment bien fait de nous condamner à mort! Comme c'est tapé!... Ah! nous ne l'avons pas volé! Ah! nous le sommes irrémédiables! imbéciles! sanguinaires! frivoles! égoïstes! sauvages! catastrophiques!... Ah! comme il est salutaire, absolument impérieux pour le bonheur du genre humain, que nous y passions... Nous sommes, c'est parfaitement exacts, absolument monstrueux!... Encore un cigare, cher vicomte ?... [167] Et maintenant pour vous épargner, ô chers jurés juifs, toute peine superflue, de vous salir un peu les mains, nous allons nous mettre en devoir de nous massacrer mutuellement... Avec quelle joie! séance tenante! à votre commandement juif!" Un! Deux! Trois!... Et ils font comme ils annoncent!... au son d'une flûte!... Et c'est parfait!... Ils déblayent le terrain!

[273] Ces simiesques ou fragiles matamores, tout entichés de préjugés bien rances, finement moisis, ces furieux de naphtaline en sursis de "collections" aspirent au néant! Ils en hurlent! Parfait! On leur en donne! Et d'entonner leur propre "Dies irae"...

Les Juifs: "Bravo! Bravo! Très beau courage! magnifique allure! splendide attitude...".

Quant à l'intellectuel aryen, le "Pindare" de cette aventure, on nous le présente dès le début, rendu déjà en tel état de futilité, de gâtisme précoce, d'inconsistance, de rabâchage bulleux, qu'il se dissipe tout seul dans le cours du film... Nous le perdons... évaporé...

Cette "Grande Illusion" nous célèbre donc le mariage du simple, fruste, petitement démerde ouvrier aryen, confiant tourlourou devenu monteur, avec le petit Juif, djibouk, milliardaire, visqueux Messie, demain tout naturellement Commissaire du Peuple, prédestiné. Tout ce qu'il faut pour réaliser le Soviet juif-ouvrier, le strict nécessaire, rien de trop, rien de moins! L'Avenir monte son ménage! Le Sinaï vient de tonitruer pour la troisième fois: "Pelure de Goye, quitte plus ton youtre! Ou ça va chier horriblement! Le Juif, c'est ton ange gardien!...". Et tout de suite ces sentences pénètrent au profond du coeur aryen!

Mordez ce pilote d'aviation qui ne sait même plus lire une carte du moment où le petit Juif prend le commandement! l'est-ce suffisamment symbolique?

Et vous, là, Mr. Figure!... Mr. Chèvre et Chou!... qui n'êtes rien de bien avouable... ni militaire... ni militant... ni professeur... ni grand duc... ni archevêque... ni milliardaire... ni Juif... ni manoeuvre... Que restez-vous là, planté?... Vous attendez peut-être un rôle?... Qu'attendez-vous pour disparaître?... Allons, youp! là... Qu'on vous pousse?... Allons, un peu de courage!... Vous encombrez! Vous êtes grotesque! Vous êtes obscène! Vous n'êtes pas de la noce!... Que foutez-vous ici?... Votre seule présence est immonde! Vous décomposez l'air... Comprenez-vous les symboles?.. Le marc de café?... Allons oust! un peu d énergie!... Les pistolets sont sur la table!... Tous ces acteurs se donnent du mal!... Ne demeurez pas insensible!... figé!... Sachez finir bellement!... Il est temps!... Il est "moins cinq" juif! -- La Grande Illusion? -- "L'Univers Israélite" ne saurait s'y tromper, voici ce qu, il nous déclare:

"... L'un des meilleurs films que la guerre ait inspirés:

[274]

"La Grande Illusion", nous a donné, cet hiver, à ce propos une belle scène d'un symbolisme bien français. Deux prisonniers de guerre, de conditions et d'origines très différentes (ouvrier aryen, "millionnaire juif) dont les épreuves communes ont fait deux camarades, avant de tenter une dangereuse évasion, se séparent: "Au revoir, sale Juif!" dit affectueusement l'un. "Au revoir, vieille noix!", répond vigoureusement l'autre. Et les deux soldats se séparent après une émouvante accolade. Ils se retrouvent... Ils se réunissent..."


Grande Illusion? Grande Illusion?... Ah! bien certes, oui! la Grande Illusion!... Et comment! L'Enorme Illusion! Au Prodige! Belzébuth! Moloch! A vos ordres! la formidable myriacube stratosphère d'Illusion! Nom de Dieu! La plus suprémifique illusion du plus pharamineux Têtard qu'on aura jamais fourgué pour la surfusion des pyrites dans la prochaine Bacchanale! L'Idéofournaise Mongo-youtre 1940!


[275]


Les Américaines yankees, qu'on entend pousser de tels cris, créer de tels raffuts, d'universels hurlements (lynchages, pétitions, procès, etc.) dès q'un nègre les encule (en public!) comment qu'elles se marient aux Juifs! et à toute berzingue! et tant que ça peut! et plein les miches! Les Juifs font prime comme épouseurs aux Etats-Unis. Le Juif est vicieux, le Juif est riche, le Juif bourre bien. Le Juif "négrite", bien plus bas que le nègre.

Encore un flan très prodigieux cette fameuse barrière des races U. S. A.! Une barrière en bites! Mais minute! Je vais, à mon tour, vous dire un peu l'avenir: Un jour, les Juifs lanceront les nègres, leurs frères, leurs troupes de choc sur les derniers "cadres" blancs, les réduiront, tous ivrognes, à l'esclavage. Harlem sera le quartier "blanc"... Les nègres en bringue, ils iront voir, ils feront danser les blancs pour eux, la "blanc-boula".


[276]


"Il faut avoir vécu dans les coulisses de la Politique pour se rendre
compte que le monde est dirigé par des personnes tout à fait
différentes de celles que s'imagine le peuple."
Disraëli-juif,
Premier ministre d'Angleterre


Toujours certains Juifs, depuis l'Egypte, depuis Moise, grand occultiste, se sont signalés par leur pouvoir "pronostiqueur", Juifs, dervicheurs, prophètes, hermétistes, incantateurs, initiés, talmudistes, féticheurs, khabalistes, mages, francs-maçons, messies, gris-gris, djibouks, etc., toute la sauce.

Ces spécimens superhumains, forment, au-dessus de la juiverie, le super-clan des guides mystiques, toujours écoutés, toujours suivis, en fait les véritables chefs de l'univers juif. Il en est ainsi d'ailleurs de tous les régimes asiates ou nègres. Les Juifs gardent comme leur plus précieux trésor toute leur magie noire sous la peau.

Dans toutes les époques de bouleversement l'on voit surgir, c'est automatique, leurs représentants prophétiques, les devins, leurs oracles juifs... Nostradamus... Cagliostro... Mesmer... Marat... Marx... etc. Ces Juifs, super-juifs, encore plus "émetteurs de maléfices" que les autres youtres, semblent à travers leur charabia posséder cependant le sens, la prémonition des grandes crises, des grands bouleversements juifs... Ce sont des "cataleptiques hébraïques mondiaux"... Leurs prédictions, leurs avertissements, sont très souvent admirables de justesse et de pertinence. Ils se trompent, mais souvent ils tombent pile... Ainsi Nostradamus, vers 1620. annonçait déjà fort exactement, la date de notre grande Révolution 1793 (date écrite)... Nous aurions tort de nous moquer... Moise [277] avait bien fait les choses... Il avait doté son petit trachomateux peuple, pas fait pour voir clair du même côté que nous, de très curieuses armes, les mystères Khabalistes ne sont peut-être pas tous aussi vains, charabiatiques et phrasuleux que le prétendent nos petits malins "expérimentalistes", athées, positifs, dupés et cocus de toujours. Un petit sortilège qui vous culbute successivement l'Empire Égyptien, l'Empire Romain, la Monarchie Française, l'Empire Napoléonien, l'Empire Allemand, l'Empire Russe, demain toute la démocratie, l'Empire Britannique n'est pas un mirliton... Et je compte pour rien les Croisades, la Réforme, etc., qui sortent toutes aussi bel et bien du même philtre...

Trouvons-nous encore, de nos jours parmi nous, quelques prophètes de cette grande lignée?... de la même force?... même envergure? Certainement!... Le fameux "Protocole des Sages de Sion", n'est pas autre chose qu'une vaticination de ce genre, une de ces hystéries divinisantes juives, dont on se gausse à première lecture, tellement à première vue elles relèvent par le ton, le fond, le style du tétanisme, de la fumisterie d'Asile, des farces de P. G. des écrits de "camisole", de l'insanité, de la furie vicieuse, trompeusement cohérente par hasard... et puis... et puis l'on découvre à l'usage... avec le temps... qu'elles furent parfaitement raisonnables... que de tels frénétiques, fanatiques abracadabrants fantasmes, correspondent très exactement à l'évolution des choses... C'est l'évolution des choses qui vient se superposer très exactement, géométriquement, miraculeusement sur de tels cauchemars. Et nous n'en revenons pas... Le pronostic des fous se vérifie... Toute notre connerie n'est pas faite seulement de crédulité, il faut en convenir, elle est faite aussi de scepticisme. Ces Protocoles publiés vers 1932 ont très exactement prédit tout ce qui s'est passé de juif dans le monde depuis lors... et il s'en est passé des choses juives dans le monde!... La vérité juive c'est sa couleur, son rythme, s'exprime dans les transes, c'est une vérité de forêt vierge... Dans le genre "visionneur" nous avons peut-être encore mieux que des Protocoles, plus substantiel, plus bref, plus haineux si possible... Ainsi le discours que l'on connaît assez peu, du rabbin Rzeichhorn, prononcé au cimetière de Prague en 1865 sur la tombe d'un autre grand rabbin prophétique, Siméon-ben-Jahouda. Ce texte ne fut reproduit que onze années plus tard dans le "Contemporain"... et puis dans le "Compte Rendu" de Sir John Radcliff. Les auteurs de cette reproduction n'emportèrent pas leur audace en [278] paradis... Sir John Radcliff fut tué peu de temps plus tard, ainsi que Lasalle, le juif félon, qui l'avait communiquée.

Voici les principaux passages de cette magnifique composition, si prophétique, l'on s'en rendra compte:


"L'or manié par des mains expertes sera toujours le levier le plus utile pour ceux qui le possèdent et objet d'envie pour ceux qui ne le possèdent pas. Avec l'or on achète les consciences les plus rebelles, on fixe le taux de toutes les valeurs, le cours de tous les produits, on subvient aux emprunts des États qu, on tient ensuite à sa merci.

«Déjà les principales banques, les Bourses du monde entier, les créances sur tous les gouvernements sont entre nos mains. L'autre grande puissance est la presse. En répétant sans relâche certaines idées, la presse les fait admettre à la fin comme des vérités. Le Théâtre rend des services analogues (le cinéma c et la T. S. F. n, existaient pas alors). Partout le théâtre et la "presse obéissent à nos directions.

"Par l'éloge infatigable du régime démocratique, nous diviserons les chrétiens en partis politiques, nous détruirons l'unité de leurs nations, nous y sèmerons la discorde. Impuissants, ils subiront la loi de notre Banque, toujours unie, toujours dévouée à notre cause.

«Nous pousserons les chrétiens aux guerres en exploitant leur orgueil et leur stupidité. Ils se massacreront et déblaieront la place où nous pousserons les nôtres.

"La possession de la terre a toujours procuré l'influence et le pouvoir. Au nom de la justice sociale et de l'égalité, nous morcellerons les grandes propriétés; nous en donnerons les fragments aux paysans qui les désirent de toutes leurs forces, et qui seront bientôt endettés par l'exploitation. Nos capitaux nous en rendront maîtres. Nous serons à notre tour les grands propriétaires, et la possession de la terre nous assurera le pouvoir. (La Palestine n'est pas autre chose qu, un camp d'entraînement de commissaires juifs à l'Agriculture pour la prochaine Révolution mondiale.)

"Efforçons-nous de remplacer dans la circulation, l'or par le papier- monnaie; nos caisses absorberont l'or, et nous réglerons la valeur du papier, ce qui nous rendra maîtres de toutes les existences.

"Nous comptons parmi nous des orateurs capables de feindre [279] l'enthousiasme et de persuader les foules; nous les répandrons parmi les peuples, pour annoncer les changements qui doivent réaliser le bonheur du genre humain. Par l'or et la flatterie, nous gagnerons le prolétariat, qui se chargera d'anéantir le capitalisme chrétien. Nous promettrons aux ouvriers des salaires qu'ils n'ont jamais osé rêver, mais nous élèverons aussi le prix des choses nécessaires, tellement que nos profits seront encore plus grands.

"De cette manière, nous préparerons les révolutions que les chrétiens feront eux-mêmes et dont nous cueillerons les fruits.

"Par nos railleries, par nos attaques, nous rendrons leurs prêtres ridicules, et puis odieux, leur religion aussi ridicule, aussi odieuse que leur clergé. Nous serons alors maîtres de leurs âmes. Car notre pieux attachement à notre religion, à notre culte, leur prouvera la supériorité de nos âmes...

"Nous avons déjà établi de nos hommes, dans toutes les positions importantes. Efforçons-nous de fournir aux goyims des avocats et des médecins; les avocats sont au courant de tous les intérêts; les médecins une fois dans la maison, deviennent des confesseurs et des directeurs de conscience. Mais surtout accaparons l'enseignement. Par là, nous répandrons les idées qui nous sont utiles, et nous pétrirons les cerveaux à notre gré.

"Si l'un des nôtres tombe malheureusement dans les griffes de la Justice chez les chrétiens, courons à son aide; trouvons autant de témoignages qu'il en faut pour le sauver de ses juges, en attendant que nous soyons nous-mêmes les juges.

"Les monarques de la chrétienté, gonflés d'ambitions et de vanité, s'entourent de luxe et d'armées nombreuses. Nous leur fournirons tout l'argent que réclament leurs folies, et nous les tiendrons en laisse. "


Rappelons pour plaisir et pour mémoire, les principales dispositions des Protocoles (souvenons-nous 1902). Rien n'est plus revigorant que cette lecture pour un Aryen. Elle vaut pour notre salut bien des prières qui se perdent... Dieu sait comment! entre ciel et terre...

"Encourager le luxe effréné, les modes fantastiques, les dépenses folles et éliminer graduellement la faculté de jouir des choses saines et simples...

[280] "Distraire les masses par les amusements populaires, les jeux, les compétitions sportives, etc., amuser le peuple pour l'empêcher de penser

"Empoisonner l'esprit par des théories néfastes; ruiner le système nerveux par le vacarme incessant et affaiblir les corps par l'inoculation de virus de diverses maladies. (Le petit juif Rosenthal le répète dans la "Grande Illusion".)

"Créer un mécontentement universel, et provoquer la haine et la méfiance entre les classes sociales.

"Dépouiller l'aristocratie, aux vieilles traditions, de ses terres, en les grevant d'impôts formidables, la forçant ainsi de contracter des dettes; substituer les brasseurs d'affaires aux gens de race et établir partout le culte du Veau d'Or.

"Envenimer les relations entre patrons et ouvriers par des grèves et des "lock-out" et éliminer ainsi toute possibilité de bons rapports d'où résulterait une coopération fructueuse.

"Démoraliser les classes supérieures par tous les moyens et provoquer la fureur des masses par la vue des turpitudes et des stupidités commises par les riches.

"Permettre à l'industrie d'épuiser l'agriculture et graduellement transformer l'industrie en folles spéculations. -- Encourager toutes sortes d'utopies afin d'égarer le peuple dans un labyrinthe d'idées impraticables. -- Augmenter les salaires sans bénéfice aucun pour l'ouvrier, vu la majoration simultanée du coût de la vie...

"Faire surgir des a incidents provoquant des suspicions internationales; envenimer les antagonismes entre les peuples; faire éclore la haine, et multiplier les armements ruineux.

"Accorder le suffrage universel, afin que les destinées des nations soient confiées à des gens sans éducation.

"Renverser toutes les monarchies et établir partout des républiques, intriguer pour que les postes les plus importants soient a confiés à des personnages ayant à cacher quelques secrets inavouables, afin de pouvoir les dominer par la crainte d'un scandale, les tenir par la Police.

"Abolir graduellement toute forme de Constitution, afin d'y substituer le despotisme absolu du Communisme.

"Organiser de vastes monopoles dans lesquels sombreront toutes les fortunes, lorsque sonnera l'Heure de la crise politique.

"Détruire toute stabilité financière; multiplier les crises


Ce texte comporte les pages 271-280 du pamphlet de Louis-Ferdinand Céline, intitulé Bagatelles pour un massacre. Le "massacre", dans la pensée de l'auteur, est évidemment celui qu'il prévoit, en 1937, comme ce qui arriverait s'il éclatait une deuxième guerre mondiale.

Contrairement à la rumeur, les pamphlets ne sont pas interdit par des lois, des règlements ou des tribunaux. Ils n'ont pas été réédités par des maisons d'édition ayant pignon sur rue parce que l'auteur, revenu en France, voulait pouvoir vendre les livres qu'il écrivait alors pour gagner sa pitance. Cette mesure d'opportunité n'a plus lieu d'être après la disparition de l'auteur, en 1961. Personne n'a la droit de soustraire à la légitime curiosité des générations suivantes ce qui a été le noyau incandescent de la littérature française vers le milieu du vingtième siècle.

Le texte ici reproduit est celui d'une édition probablement pirate. Les détenteurs d'une éditions réellement authentique voudront bien nous signaler les éventuelles différences.

D'autres groupes de 10 pages suivront.

++++++++++++++++++++++++++++

Vous avez téléchargé ce document à<http://www.abbc.net/solus/baga26.html>


Homepage Solus / Précédent / Suivant

[email protected]