SOLUS

Homepage Solus / Précédent / Suivant

 

LOUIS-FERDINAND CELINE

 

 

BAGATELLES POUR UN MASSACRE

[27] (p. 281-290)

[281]

économiques et préparer la banqueroute universelle; arrêter les rouages de l'industrie; faire crouler toutes les valeurs; concentrer tout l'or du monde dans certaines mains; laisser des capitaux énormes en stagnation absolue; à un moment donné suspendre tout crédit et provoquer la panique. Préparer l'agonie des Etats, épuiser l'humanité par la souffrance, les angoisses et les privations, car la faim crée des esclaves."

Tout ceci colle, concorde, je le pense admirablement avec les événements en cours. Le Juif Blumenthal était donc dans son plein droit, en écrivant pour qu'on le sache, dans le "Judisk Tidskrift " (No 57, année 1929):


«Notre race a donné au monde un nouveau prophète, mais il a deux visages et porte deux noms, d'un côté son nom est Rothschild, chef des grands capitalistes, et de l'autre côté Karl Marx, l'apôtre des ennemis du Capitalisme. "


Voici des paroles substantielles et de plus tout à fait exactes. Dans les grandes heures du Destin, quand les cartes s'abattent... Mr. Rothschild et Mr. Marx auparavant séparés, se retrouvent tout à fait d'accord, admirablement d'accord pour nous filer au cassepipe, "compères de compères ", nous faire tourner en boudins. C'est la jolie règle du jeu juif, le Suprême du théâtre juif. Premier acte: dispute... troisième acte... accord parfait pour nous débiter la tripe.

Trotzky-Mexique, sachez-le, s'accordera, au moment suprême admirablement, au sang, le nôtre, avec Litvinoff-Moscou, Baruch-Washington et Samuel-Cité pour nous filer aux mitrailleuses. Pas un petit fifrelin de doute n'est permis à cet égard. La parade de la haine à mort, entre Juifs, c'est un bidon pour nous les cocus... pour Durand... pour le caporal Peugeot. Il est tout à fait officiel, cent fois prouvé, par documents irréfutables, que les premiers fonds décisifs de la Révolution bolchevique 17, furent fournis à Trotzky par les banquiers américains, de la haute finance juive (12 milliards, puis 125 milliards).

Les mêmes ou leurs descendants qui se retrouvent à présent autour de Roosevelt, le fat ventriloque, préparant la Prochaine... Ce sont ces mêmes Juifs du Grand Veau d'Or qui commandent avec la Cité, New-York et Moscou, le monde, la guerre et la paix, à savoir Jacob Schiff, Gugenheim, Barush, Breitung, Loeb et Cie, Félix Warburg, Otto Kahn, Mortimer Schiff, Hanauer. (Rapport du Service secret américain, 1917, 2e Bureau.)

[282] Vous vous souvenez peut-être des noms des principaux chefs de la Révolution bolchevique 17 -- tous juifs.

"Lénine de son vrai blase Oulianoff (1/2 juif) -- Trotzky -- Bronstein -- Zinovieff (Apfelbaum) -- Kameneff (Rosenfeld) -- Dan (Gourevitch) -- Ganezky (Furstenberg) -- Parvus (Helphand) -- Uritsky (Pademisky) -- Larine (Lurge) -- Bohrine (Nathason) -- Martinoff (Zibar) -- Bogdanoff (Zilberstein) -- Garine (Garfeld) -- Suchanoff (Gimel) -- Kamnleff (Goldmann) -- Sagersky (Krochmann) -- Riazanoff (Goldenbach) -- Solutzeff (Bleichmann) -- Pianitsky (Ziwin) -- Axelrod (Orthodox) -- Glasounoff (Schultze) -- Zuriesain (Weinstein) -- Lapinsky (Loewensohm). L'auteur désire ajouter que certains auteurs sont convaincus que la mère de Lénine était une Juive.. Lénine était un Juif (kalmouk) marié à une Juive (Kroupskaya) dont les enfants parlaient le yiddish (Herbert Fitch, détective de Scotland Yard qui avait épié Lénine comme garçon de table pendant des mois déclara qu'il était typiquement juif). Rapport "Secret Service".

Dans le "German Bolchevik Conspiracy", page 27, publié par le "Committee of Public Informations, Washington D. C.", en octobre 1918, nous apprenons que:

"Max Warburg avançait de l'argent aux bolcheviques: "Stockholm... 21 septembre 1917: M. Raphaël Scholak, Haparand: "Cher Camarade. -- En conformité avec un télégramme du "Westphalian Rhineland Syndicate, la banque Max Warburg et C· "nous informe qu'un crédit a été ouvert à l'entreprise du Camarade Trotzky." (signé) J. Furstenberg.

"Jacob Schiff paraît avoir donné 12.000.000 de dollars pour "la révolution russe de 1917" (premier versement).


Dans le livre de Mme Netsa H. Webster, "The Surrender of an Empire", p. 74-79, nous trouvons des renseignements additionnels sur la montée du bolchevisme.


"Il semble que le nom véritable de l'individu mentionné dans la section III ci-dessus sous la désignation de Parvus, est Israël Lazarevitch Helphand, un a Juif de la province de Minsk, en Russie blanche. Vers la fin du siècle dernier il prit part à un travail révolutionnaire à Odessa. En 1886, il s'en alla à l'étranger et finalement après plusieurs pérégrinations, s'en vint à Copenhague où il amassa une grande a fortune, comme agent en chef de la distribution du charbon allemand au Danemark, travaillant par l'entremise du parti social danois.

[283] "Le Docteur Ziv, dans sa "Vie de Trotzky", relate que lorsqu'il a était en Amérique, en 1916, il demanda à Trotzky: "Comment va Parvus ?..." A quoi Trotzky répondit laconiquement: "Il est a en train de compléter son douzième million."

"C'est ce Juif, multimillionnaire qui, après Karl Marx, fut le plus grand inspirateur de Lénine. Ce fut par l'intervention de Parvus que Lénine fut envoyé en Russie.

"La Russie n'est pas le triomphe des travailleurs, mais ne semble être qu'un gigantesque placement des capitalistes juifs pour leurs propres fins.

Tout ceci n'est pas le résultat d'un accord éphémère entre Juifs et bolchéviques. Partout il en fut ainsi:

"En Hongrie, les grands chefs furent les Juifs Béla Kun, Agoston Peter, Grunbaum, Weintein; en Bavière, ils s'appelaient: Kurt Eisner, Loewenberg, Birbaum, Kaiser; à Berlin la tentative de révolution eut pour chefs Rosa Luxembourg, Lewisohn, Moses; en Chine l'organisateur du bolchévisme est le Juif Borodine-Crusenberg; en Italie le chef marxiste était le Juif Claudio Trèves; au Brésil où la récente insurrection marxiste avait comme chefs les Juifs Rosenberg, Gardelsran, Gutnik, Goldberg, Strenberg, Jacob Gria et W. Friedmann; en Espagne enfin, où la révolution rouge fut organisée par le Juif Béla Kun, entretenue par le Juif Rosenberg et "légitimée" à la Société des Nations par le Juif Del Vayo."

Et d'ailleurs tous ces événements tombent dans l'ordre des choses qu'avait prévu le Juif Baruch Lévi (un autre prophète), dans sa lettre à son ami Karl Marx (de son véritable nom Karl Mordechai, fils du Rabbin de Trèves):

"Dans la nouvelle organisation de l'humanité, écrivait Barush Lévi au doctrinaire du socialisme juif, les enfants d'Israël se répandront sur toute la surface du globe et deviendront partout, sans opposition, l'élément dirigeant, surtout s'ils arrivent à imposer aux classes ouvrières le ferme contrôle de quelques-uns d'entre eux. Les gouvernements des nations formant la République universelle, passeront sans effort aux mains des Juifs sous le couvert de la victoire du prolétariat. La propriété privée sera alors supprimée par les gouvernants de race juive, qui contrôleront partout les fonds publics. Ainsi se réalisera la promesse du Talmud que, lorsque le temps du Messie arrivera, les Juifs [284] posséderont les biens de tous les peuples de la terre". (Lettre citée dans la "Revue de Paris", 1er juin 1928, page 574).


Les grands Juifs sont fiers, et ils n'ont pas tort de leur révolution bolchévique 17, le grand Rabbin Juda L. Magnes, New-York, 1919, nous fait ainsi part de sa joie:


"Les qualités radicales qui sont dans le Juif vont au fond des choses, en Allemagne il devient un Marx et un Lassalle, un Haas et un Edouard Bernstein; en Autriche il devient un Victor Adler et un Friedrich Adler, en Russie un Trotzky. Voyez la situation présente en Allemagne et en Russie. La Révolution met en action les forces créatrices du Juif, voyez quel grand contingent de Juifs est immédiatement prêt pour la [174] bataille. Socialistes, révolutionnaires, menchevicks, bolcheviks, socialistes majoritaires, minoritaires, de quelque nom qu'on les appelle, on trouve dans tous ces partis des Juifs comme leurs chefs dévoués et comme leurs travailleurs réguliers."

Mr. Cohan, dans le journal "The Communist" de Kharkoff, n· 72, 12 avril 1919, nous paraît lui aussi fort content:

"On peut dire sans exagération que la grande révolution russe a été faite par la main des Juifs... Ce furent précisément les Juifs qui conduisirent le prolétariat russe à l'aurore de l'Internationale".

Il se dégage de tout ceci, nous nous pressons d'en convenir, un certain relent "d'Ambigu"... de carbonarisme à la manque... de complots farciformes... de prolongements gris muraille... de maffia... de pas au plafond... de grand guignol... quelque chose de "Tour de Nesle"... qui vous incite énormément à la rigolade... Cette bonne blague... "Y a du Juif partout"... Vous pensez que de ce côté, nous ne saurions être en retard... Je suis moi même assez sensible pour ce qui est du ridicule... Mais tout de même, il y a les noms... les personnes, les événements... ce regroupement immanquable, irréfutable, instantané, implacable, des plus croassants, virulents, acharnés, voraces Juifs autour de chacune de nos catastrophes... comme un envol de mille corbeaux d'enfer, sur les lieux mêmes de tous nos désastres. Ceci ne s'invente pas.

Outrances!... billevesées de polémistes!... divagations de rabbins faméliques... fiévreux!... illuminations de vieux khabalistes!... Chimères de synagogues!... fugaces coincidences de quelques vilains délires! C'est vite dit...

Allez-vous me répondre au surplus que tous ces falbalas d'imprécations datent des âges obscurs... qu'à présent, nos grands, nos [285] plus éminents Juifs sont parfaitement émancipés de la tutelle de leurs crasseux rabbins que nos grands youtres modernes, sont tous, eux, infiniment "progressistes" à tout rompre, insatiablement assoiffés de Science Expérimentale et de Lumière franc-maçonne, de statistiques, intellectuellement super-raffinés, affranchis... que toutes ces manigances et ces vociférations, ces divinations super-khabalistes, les portent à sourire absolument... comme nous sourions nous autres à la Transsubstantiation, de la Résurrection du Christ... Manigances en somme puériles, de pauvres djibouks aux abois, superstitions oraculeuses... vieux débris grinçants de l'épouvantail biblique... sottises...

Vous pourriez peut-être me répondre que les Grands Juifs, de la grande influence mondiale juive, n'entretiennent plus avec leurs rabbins et leurs synagogues que des relations assez floues... assez distantes... vagues... juste le minimum... la simple politesse... qu'ils ont d'autres chats à fouetter... ces grands Juifs... plus sérieux... Bien.

Savez vous que le pouvoir exécutif de toute la juiverie mondiale s'appelle le "Kahal"?... Assemblée des Sages d'Israël?... Vous souvenez-vous que Napoléon, inquiet du pouvoir universel juif, tenta de capter les forces du Kahal à son profit, de faire servir le Kahal à sa propre politique mondiale napoléonienne, de le fixer tout d'abord en France, ce Kahal, sous le nom de "Grand Sanhédrin"... et qu'il échoua, Napoléon, piteusement, très fatalement dans cette entreprise. (Il y avait tout de même quelque chose de cocu dans Napoléon.) Savez-vous de quelle façon le Juif Léon Say commentait plus tard à la tribune du Parlement cette grande défaite napoléonienne, certainement la plus décisive de toutes, cause majeure, sans aucun doute, de sa grande débâcle. "La force mystérieuse de la finance à laquelle on ne résiste jamais, même quand on s'appelle Napoléon."

Nous qui ne sommes pas Napoléon, notre sort encore plus que le sien dépend entièrement du bon vouloir des grands Juifs, des "grands occultes". Il n'est pas idiot de penser que notre destin se discute certainement encore dans les consistoires du Kahal, autant que dans les Loges et bien davantage. Précisons, pour la France, le Consistoire Central est dirigé par le grand Rabbin Israël Lévi. Le président nul seigneur moindre que le roi de France lui-même, c'est-à-dire le baron Edouard de Rothschild... Les vice-présidences, assurées par MM. Bloch-Laroque et Helbronner [286] (Conseiller d'Etat)... Voyez que l'on demeure assez pratiquant en très haut lieu... MM. Oualid et Weisweiller sont trésoriers (ils ne doivent pas être très souvent en difficulté)... Les membres du Consistoire central représentent, non seulement Paris, mais les petits "Kahals" des diverses régions françaises, Loges... etc.

Voici la liste (absolument rien de secret), dans l'Annuaire 1937-38.

Aboucaya Léon.

Bader Maurice.

Baur Marcel.

Blum Jules.

Bodenheimer Henri.

Brisac Jules.

Cahen Adolphe.

Cahen Albert.

Cahen d'Anvers.

Debre Simon, Grand Rabbin.

Dorville Armand.

Ducas Raymond.

Eudlitz Moise, Dr.

Hayem Jules.

Helbronner Paul.

Jacob Elie.

Klein Dr.

Leven Georges.

Matchou Dr.

Merzbach Georges.

Moch Fernand.

Mossé Armand.

Naiditch Isaac.

Nedjar Maurice.

Olchanski R.-A.

Propper Michel.

Rothschild Robert (Baron de).

Salzedo Mosès A.

Sananès.

Sée Jacques.

Simon Jules.

Trèves André Dr.

[287] Weill Mathieu.

Wormser Georges.

Sachs, à Paris.

Bakouche André, Constantine.

Behr Simon, Nancy (M.-et-M.).

Geismar Pierre, Neuilly-sur Marne.

Kahn André, Lunéville.

Lajeunesse Henri, Lille.

Lang René, Lyon.

Messiah B., Saint-Pierre-les-Elbeuf (S. Inf.).

Risser Gaston, Rouen.

Seches (Grand Rabbin), Lyon.

Seiligmann André, Vaucouleurs (Meuse).

Sommer Léon, Tours.

Wormser Achille, Dijon.

Les Loges maçonniques comptent toujours parmi leurs adhérents un très grand effectif de "frères pougnassons", simples petits êtres anxieux d'améliorer leur petit boeuf... leur consistance matérielle... d'assurer, d'amplifier leurs "ronds de cuir", petits ambitieux de comices... désireux petits caids... Ils constituent l'infanterie, le grand effectif besogneux de la Libre Pensée.

Evidemment l'on ne saurait demander à ces pleutres, ces crouilleux petits maquereaux déroutés, autre chose que le salivage "tout venant", la bulleuse jactance électorale... le dégueulage des formules démagogiques, toutes chiées pour Robots saouls... Ils s'en donnent!.. L'on ne saurait à aucun prix les initier, ces cloportes, de grands Desseins. Le Consistoire israélite est précisément formé lui, créé dans ce but, pour l'étude et la manoeuvre des grands Desseins juifs. Il est constitué par une élite. Ce n'est plus là l'un de ces petits clans de minces truands sournois, resquilleurs, néo-jésuites, sursoufflés, surfaits, comme il en grouille, c'est fatal, au fond de toutes les Loges... Alouettes mirouettées... Mais non! Mais non!... Peu de facteurs, plus de loufiats, de terrassiers, de capitaines de pompiers, d'instituteurs, parmi ces éminences... Rien que des personnages de haute condition sociale, de haute culture, rassasiés, sursaturés des plaisirs pour goujats... gueule, cul, salon, etc. plaisirs de ministres...

Amplement libérés de tous soucis matériels, ces véritables "Sages" peuvent se permettre de voir très haut et très loin... [288] Français, voici vos maîtres!... Ils sont en condition... Mais communistes cependant?... Et pourquoi pas?... Certes!...

Communisants tout au moins... Que diable! tout aussi bien que doriotistes, Laroquistes... Comme l'on veut... qu'importe!... Mr. le Baron de Rothschild (Maurice) vote au Sénat, absolument comme Cachin, la ratification du Pacte franco-soviétique... Le Baron James de Rothschild, maire de Compiègne, se désiste parfaitement aux élections législatives, en faveur du candidat du Front Populaire... Il faut ce qu'il faut...

Mais quel est donc le rôle exact de ce consistoire?... central?... Je vais vous l'indiquer...

"Il délibère et statue sur la situation créée par les événements; il décide des mesures qu'il convient d'appliquer. Ainsi s'immisce-t-il dans la vie quotidienne de chaque Juif, et il la dirige, en quelque sorte à tous points de vue. Aussi l'activité de chaque membre de la communauté juive s'exerce-t-elle dans le sens indiqué par le Kahal et dans le seul intérêt du Judaisme."

Voilà, vous avez compris, caporal Peugeot?... Ainsi dès l'ouverture du prochain stand "Pour la libération des Peuples", pour la France toujours plus libre et plus heureuse, eh bien vous vous précipiterez!... Le premier rigodon, comme d'habitude mon ami, c'est pour votre thorax de cocu! Qu'on se le dise!... Le Consistoire et les petits amis du Consistoire ont tous leurs yeux démocratiques fixés, hypnotisés, sur vos tripes! Ah! comme les Anglais! Pas davantage!... mais pas moins!... La guerre et la Paix?... Juives!...

En définitive, Français "Cocoricos", vous partirez à la guerre, à l'heure choisie par Mr. le Baron de Rothschild, votre seigneur et maître absolu... à l'heure fixée, en plein accord, avec ses cousins souverains de Londres, de New-York et Moscou. C'est lui, Mr. de Rothschild, qui signera votre Décret de Mobilisation Générale, par la personne interposée, par la plume tremblotante de son pantin-larbin-ministre.

Ah! Si nous avions encore en France, un tout petit peu de couilles... notre petit mot à dire... Ah! Si nous pouvions rédiger encore la "Timide Supplique"... Mais nous ne pouvons plus rien... Plus un mot à dire... Nous irions ramper à genoux... la corde au cou... jusqu'au Consistoire... le plus humblement du monde... implorer qu'on nous épargne... encore une année... 18 mois... qu'on nous foute la paix une bonne fois pour toutes... "La Paix aryenne"...

[289] Nous recevrait-on?... Les fameuses 200 familles, aryennes ou pas, mais je vous les donne! je n'en retiens pas une!... Je vous en fais, moi aussi, le très royal cadeau... Je ne vais pas pleurer sur leur sort infect! Soyez bien tranquilles! Tous les Patenôtres, Lederlins, Dupuys... Renaults... Wendels... Schneiders... Michelins et tutti cotys... Mais vous pouvez les emporter... Je leur dois rien... je vous assure... Seulement puisqu'on s'amuse, je voudrais bien alors quand même, que nous jouions franc jeu! franc jeu jusqu'au bout!... Qu'on n'oublie pas le Consistoire dans la bigorne générale... ni les belles familles associées... Ni les grands trusts youtres affameurs... les L. L. Dreyfus, par exemple (pluri-milliardaires) ni les Baders et consorts... les grands amis de MM. Blum... Mais non!... Mais non!... Pas du tout!... Je ne me régalerai pas de quelques comparses et de quelques raclures apeurées... entités fuyantes boucs émissaires... fondantes Têtes de turc... Mais voyons! Pas du tout!... Je refuse ces "courants d'air"!... Je veux du solide!... Des réalités!... des vrais responsables!... des "durs de Khabales"... J'ai la dent!... Une dent énorme!... Une vraie dent totalitaire!... Une dent mondiale!... Une dent de Révolution!... Une dent de conflagration planétaire!... De mobilisation de tous les charniers de l'Univers! Un appétit sûrement divin! Biblique!...


[290]

Ni promesse, ni serment n'obligent
le Juif à l'égard des chrétiens
Le Talmud


A présent la bonne grosse tranche de ce beau Thorez... sur sa couverture "Ma vie"... bonne grosse bouille bien offerte... Boubouroche en triomphe... Invraisemblable!... en bras de chemise... bien en chaleur, bien en chair, bien vain, bien poupin... l'Aryen idéal pour prestidigitateur juif... Le cocu rêvé... Le sergent tout frais promu... ravi... exultant... tout en "roue"... première sortie!... miroitant du galon... Pitié!...

Quelle splendide pièce à promener dans la cage aux vampires! Quel propice, savoureux dindon! Pauvre innocent super-guignolet!... Voici donc le bébé-führer!... L'arroseur arrosé!... qui va jouer notre pauvre petite partie, déjà si compromise, sur les damiers internationaux?... contre la clique des maquignons politiques, diplomates, "gris-gris", commissaires juifs, la plus rusée, la plus perverse, la plus complexe, la plus faisandée, maléfiante, torve, vénéneuse, scorpionique imaginable!... Le ramassis de fripouilles, djibouks, agents doubles, magiciens, bourriques, illusionnistes charlatans, le plus complet, le plus blindé, le mieux assorti, le plus raciste, le plus effronté de la planète, bonneteurs avérés, chevronnés, sorcelleux, officieux, officiels, vertigineux, de l'intrigue maléfique, magique, à centuple fond, de l'esquive, des cent mille passe-passes asiates, des tarots qui assassinent, des déserts miragineux... des cadvres sans tête... des cordes sans pendus... des mots


Ce texte comporte les pages 281-290 du pamphlet de Louis-Ferdinand Céline, intitulé Bagatelles pour un massacre. Le "massacre", dans la pensée de l'auteur, est évidemment celui qu'il prévoit, en 1937, comme ce qui arriverait s'il éclatait une deuxième guerre mondiale.

Contrairement à la rumeur, les pamphlets ne sont pas interdit par des lois, des règlements ou des tribunaux. Ils n'ont pas été réédités par des maisons d'édition ayant pignon sur rue parce que l'auteur, revenu en France, voulait pouvoir vendre les livres qu'il écrivait alors pour gagner sa pitance. Cette mesure d'opportunité n'a plus lieu d'être après la disparition de l'auteur, en 1961. Personne n'a la droit de soustraire à la légitime curiosité des générations suivantes ce qui a été le noyau incandescent de la littérature française vers le milieu du vingtième siècle.

Le texte ici reproduit est celui d'une édition probablement pirate. Les détenteurs d'une éditions réellement authentique voudront bien nous signaler les éventuelles différences.

D'autres groupes de 10 pages suivront.

++++++++++++++++++++++++++++

Vous avez téléchargé ce document à<http://www.abbc.net/solus/baga27.html>


Homepage Solus / Précédent / Suivant

[email protected]